Visite pastorale à la Paroisse Mater Dei


Homélie de son Eminence Fridolin Cardinal AMBONGO, Archevêque Métropolitain de Kinshasa, à l´occasion de sa visite pastorale à la Paroisse Mater Dei de Mont-Ngafula/Kimbondo, le 27 mars 2022

Textes bibliques : Jos 5, 10-12 ; 2Cor 5, 17-21 ; Lc 15, 1-3. 11-32 Mes chers Diocésaines et Diocésains,


1. Je suis heureux d´être aujourd´hui en visite pastorale à la Paroisse Mater Dei de Mont-Ngafula/Kimbondo, et de célébrer avec vous et pour vous cette Eucharistie du 4ème dimanche du temps de carême ; dimanche dit « Laetera », en anticipation de la joie pascale suivant les premières paroles d´antienne d´ouverture à cette célébration, à savoir : « Réjouissez-vous avec Jérusalem, exultez à cause d´elle, vous tous qui l´aimez ! Avec elle, soyez pleins d´allégresse, vous tous qui portiez son deuil! Ainsi vous serez nourris et rassasiés de l´abondance de sa joie » (Is 66, 10.11).

2. En vous témoignant toute ma sollicitude paternelle, je vous salue tous et toutes chaleureusement. Je remercie les Missionnaires de la Consolata et leur provincial pour la présence qualitative dans cette paroisse. J´exprime aussi ma profonde gratitude au Curé de la Paroisse, le père Nestor Nkulu, à ses vicaires, à tout le conseil paroissial élargi ainsi qu´à vous tous paroissiens et paroissiennes de Mater Dei, qui m´avez réservé aujourd´hui un accueil chaleureux. Enfin, je suis plein de reconnaissance pour le témoignage de votre foi et du dynamisme de la vie chrétienne dans cette paroisse, qui a donné naissance à beaucoup de paroisses et sous-paroisses.

3. Frères et sœurs dans le Christ, au cours de cette célébration, nous allons poursuivre la préparation des catéchumènes qui recevront les sacrements d´initiation chrétienne à la veillée pascale, en procédant aujourd´hui au deuxième scrutin. J´exhorte ainsi toute la communauté chrétienne à accompagner ces catéchumènes et à les porter dans la prière pour que la grâce de Dieu produise en eux des fruits de joie, de conversion, de foi, d´espérance et de charité.

4. Frères et sœurs dans le Seigneur, la Parole de Dieu de ce quatrième dimanche du temps de carême nous livre entre autres deux enseignements majeurs : Le premier enseignement est celui d´une liberté véritable en Dieu ; le second enseignement est un appel pressant à la conversion des cœurs. Dans la première lecture, tirée du livre de Josué, l´écrivain sacré nous relate l´installation du peuple d´Israël dans une patrie, après la longue errance dans le désert. Le Seigneur réalise ainsi sa promesse d´accorder la vraie liberté à son peuple ; liberté symbolisée aujourd´hui par la célébration de la Pâque le quatorzième jour du mois non pas sur une terre étrangère et la substitution de la manne qui tombait du ciel par les produits de la terre. Comme peuple de Dieu, nous sommes appelés à la liberté des enfants de Dieu, afin de pouvoir célébrer dans la joie et la gratitude les bienfaits de Dieu.

5. Dans la deuxième lecture, St Paul résume de façon admirable la mission que Jésus a reçue de son Père : celle de réconcilier les hommes avec Dieu et de faire d´eux des créatures nouvelles. Il nous exhorte ainsi en ces termes : « Frères, si quelqu´un est en Jésus-Christ, il est une créature nouvelle. Le monde ancien s´en est allé, un monde nouveau est déjà né » (1 Cor 5, 17). Réconciliés avec Dieu en Jésus-Christ, nous sommes appelés aujourd´hui, chacun à son rang, à devenir des ambassadeurs du Christ et des témoins de la miséricorde de Dieu dans notre monde.

6. Quant à l´Evangile du jour, il met à son tour en évidence la vraie liberté auprès de Dieu et la nécessité de la conversion des cœurs. La parabole de l´enfant prodigue que nous avons écoutée est tout autant – et plus encore- la parabole d´un père miséricordieux et d´un Dieu qui manifeste sa sollicitude envers tout pécheur et qui ne veut perdre aucun de ses enfants.

7. Cet enfant prodigue, le cadet, s´en est allé loin de son père, dans un pays lointain, espérant y trouver la vraie liberté. Son aventure tourne au cauchemar. Oui, frères et sœurs, loin de Dieu, l´homme est perdu, égaré et presque mort. Près de Dieu et en Dieu, il y a la vie et la joie, suscitée par la prise de conscience de l´homme pécheur de revenir vers le Dieu miséricordieux et de se convertir. Et la joie de Dieu est au comble lorsqu´un pécheur se convertit : « Allez chercher le veau gras, tuez-le ; mangeons et festoyons. Car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé » (Lc 15, 23-24).

8. Frères et sœurs dans le Seigneur, voilà une joie que je vous souhaite en ce Dimanche dit de la joie, Laetara ! La joie de la conversion des cœurs et de la vraie liberté auprès de Dieu et dans la maison du Père. Cette joie atteint son point culminant dans l´avènement pascal que nous nous préparons à célébrer les jours à venir avec notamment nos catéchumènes.

9. Puisse le Seigneur nous faire le don de la vraie joie et de la conversion véritable par son Fils Jésus, qui est venu nous réconcilier avec lui. Amen.

Fridolin Cardinal Ambongo, ofm cap,

Archevêque Métropolitain de Kinshasa