R.D.Congo : « Agression rwandaise sous couvert du M23, Patrick Muyaya appelle les Congolais à fai


Revue de presse kinoise du 01 er novembre 2022.

L’appel du gouvernement congolais a la mobilisation générale contre l’agression rwandaise fait la Une de la majorité de journaux parus ce mardi dans la capitale congolaise. Forum des As ouvre la voie et titre en sa manchette : « Agression rwandaise sous couvert du M23, Patrick Muyaya appelle les Congolais à faire bloc derrière Fatshi pour défendre la patrie ». Dans cet article, ce quotidien cite le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya qui estime que « le moment est venu de nous lever pour mettre définitivement fin à cette situation qui plombe le développement de notre pays ». Au regard de l'évolution de la situation sécuritaire et le rapport diplomatique avec le Rwanda, note ce tabloïd, le porte-parole du gouvernement constate que « la volonté du Rwanda est de faire la guerre de manière permanente à la RDC. Et cette guerre, selon Patrick Muyaya cite dans les colonnes de ce portail, est faite contre tous les Congolais comme établit pendant 25 ans le rapport ». Selon lui, les Rwandais se sont construit des réseaux que la RDC démantèle dont les pillages des ressources telles que bien souvent documenté. Selon Patrick Muyaya, indique ce journal, le meilleur est à venir avec la mise en place d’un plan massif de réforme de l'armée congolaise. « On a fait aboutir la loi de programmation militaire qui était attendue depuis une bonne dizaine d'années. Dans le budget en cours d'examen au Parlement dont on demandera la recevabilité ce jour à travers la voix du chef du gouvernement, le budget consacré à la défense est d'un milliard USD », déclare Patrick Muyaya dans les colonnes de Forum des AS. est d'un milliard de dollars US. Quoi qu'il en soit, grâce à la stratégie mise en place, on va assurer la montée en puissance de nos forces armées pour défendre l'intégrité de notre territoire ", rassure-t-il, écrit ce tabloïd.

Sur le même registre, signale La Tempête des tropiques, les organisations de la Société civile de la RDC organisent une forte mobilisation populaire ce mercredi 2 novembre à travers le pays et à l’étranger pour protester contre l’agression de la RDC et dénoncer la complicité de la communauté internationale et les grandes puissances occidentales face à cette situation. Selon une source proche des organisateurs, fait savoir ce quotidien, les autorités politico administrative et policières de Kinshasa sont déjà saisies afin qu’elles prennent des mesures nécessaires pour encadrer cette manifestation pacifique qui va débuter du stade des Martyrs jusqu’aux Ambassades des USA, Royaume Uni, à la Déléguée de l’Union européenne, au Bureau de Liaison de l’Union Africaine en RDC pour déposer le mémo fustigeant le silence complice de ces instances internationales. En provinces, explique ce tabloïd, ladite manifestation pacifique sera organisée dans les chefs-lieux, dans les villes et chefs-lieux des territoires et chefferies, pour dire non à l’agression rwandaise et ougandaise. Pour ce portail, ces manifestations citoyennes et pacifiques est une occasion pour les organisateurs de réaffirmer leur attachement à l‘unité nationale du Congo, à la sauvegarde de son indépendance et intégrité territoriale. En organisant cette manifestation pacifique, rappelle La Tempête des tropiques, les organisations de la société civile congolaise réaffirment aussi leur soutien indéfectible aux FARDC et tous les services de sécurité du pays. C’est aussi une façon pour ls acteurs de la société civile, précise ce quotidien, d’exprimer leur condamnation totale de cette énième agression du Rwanda et de l’Ouganda dont est victime la RDC.

De son côté, l’Avenir revient sur le départ de l’ambassadeur rwandais, Vincent Karega qui a choisi le Beach Ngobila pour retourner à son pays. Cité dans ce journal, Patrick Muyaya pense qu’il aurait pu choisir n’importe quelle sortie. Selon lui, si Kinshasa l’avait gardé jusque-là, c’est parce que le président de la République voulait garder une fenêtre pour avoir un espace de discussion avec Kigali. Pour l’Avenir, Muyaya insiste pour dire que la défense de la RDC ne peut être assurée que par elle-même. Ce quotidien note qu’il a quand même reconnu qu’il y a un problème d’effectif de l’armée et c’est la raison pour laquelle il sera procédé au recrutement de 18.000 militaires et 6.000 policiers.

Selon La Prospérité qui cite les ténors de l’Union sacrée pour la nation, « La persistance des atrocités que fait subir le Rwanda et ses complices aux Congolais en violation flagrante des principes fondamentaux du droit international est intolérable. Ils appellent ainsi, ajoute ce quotidien, « au patriotisme de chaque Congolaise et Congolais pour combattre l’agression rwandaise par tous les moyens et soutenir les efforts du président de la République afin que la paix et la sécurité soient rétablies dans cette partie du territoire de notre pays ». Exigeant le retrait des troupes rwandaises du sol congolais et la mise en œuvre d’autres séries de plaidoyers, écrit ce portail, les ténors de l’Union sacrée de la Nation expriment leur soutien aux FARDC et à la Police nationale engagées actuellement au front pour la paix, la sécurité et la défense de l’intégrité du territoire national.

De l’avis des observateurs, indique Le Journal, il faut à tout prix éviter que Goma ne tombe entre les mains du M23. Ce quotidien cite un analyste qui estime que avance-lui que, dans la stratégie des agresseurs, le chef-lieu du Nord-Kivu serait le principal objectif au stade actuel pour pousser le gouvernement à accepter de négocier avec eux. Par ailleurs, signale ce portail, la chute de Goma pourrait être interprétée comme un véritable échec du gouvernement et occasionnerait une certaine cassure dans l’opinion publique, jusque-là solidaire avec les FARDC et leur commandant suprême, le président de la République Félix Tshisekedi.

Pour clore, Congo Nouveau souligne qu’après Kisangani (Tshopo), Augustin Kabuya et Jacquemain Shabani, respectivement Secrétaire général de l’UDPS et président de la Commission électorale permanente (CEP) séjournent à Lubumbashi (Haut-Katanga) où ils mobilisent la population contre l’agression rwandaise dans l’est du pays. Dans son discours, rappelle cet hebdomadaire, Jacquemin Shabani invite les Katangais à « la mobilisation générale pour sauvegarder l’intégrité nationale”. Pour Me Jacquemain Shabani, poursuit ce portail, les Congolais devraient se mobiliser pour ne pas laisser un seul centimètre de notre territoire national aux terroristes du M23.