Homélie de son Éminence Fridolin Cardinal AMBONGO, à la Messe du 17ème Dimanche du temps ordinaire




Textes bibliques : Gn 18, 20-32 : Col 2, 12-14 ; Lc 11, 1-13

Mes chers Diocésains et Diocésaines,

Chers Frères et Sœurs dans le Seigneur,


Introduction : Salutations et remerciements


1. Aujourd´hui je suis heureux d´être de nouveau parmi vous, ici à la Paroisse St Michel de la commune de Bandalungwa, votre paroisse, et de célébrer avec vous et pour vous cette Eucharistie du 17ème Dimanche du temps ordinaire, dédié à la célébration de la Première Journée de Grands parents, instituée par le Pape François après l´Angélus 31 janvier dernier. A ce sujet le Pape écrit : « les personnes âgées nous rappellent que la vieillesse est un don et que les grands parents sont le lien entre les générations ». Ne les oublions pas dans nos prières. Pensons à les soutenir et surtout à visiter ceux et celles qui se sentent isolés ou sont rejetés ou abandonnés.

2. Frères et sœurs dans le Christ, je suis donc venu prier avec vous, et vous témoigner toute ma sollicitude pastorale et toute ma proximité spirituelle et affective. Mais avant toutes choses, je vous salue tous et toutes cordialement, et je vous remercie d´être venus nombreux à cette eucharistie en action de grâce pour les bienfaits du Seigneur en notre faveur.

3. J´adresse en particulier mes remerciements au Curé de la Paroisse St Michel, monsieur l´abbé Raphaël ANDINGOWE, à ses vicaires, à l´ensemble conseil paroissial élargi ainsi qu´à vous tous paroissiens et paroissiennes de St Michel, qui m´accueillez aujourd´hui avec joie et enthousiasme dans votre communauté paroissiale, qui est bien vivante. Certes, je ne suis pas à ma première visite chez vous. Mais à chaque fois que je reviens ici, mon cœur déborde de joie à la pensée de rencontrer des fidèles pleins de foi et qui aiment leur église. Soyez-en fiers.

4. Ma présence ici c´est aussi en tant que votre Pasteur propre de vous affermir dans votre foi et dans votre espérance. Par la même occasion, je voudrais également me rendre personnellement compte si vous avez pu relever les défis que je vous ai lancés lors de mon dernier passage chez vous. En effet, étant l´une de grandes paroisses de l´Archidiocèse de Kinshasa, St Michel a vocation non seulement à rayonner sur tous les plans ; mais aussi et surtout à être, et j´en suis convaincu, une communauté capable d´accueillir de nombreux prêtres dans son presbytère, d´avoir une église belle et priante, et des infrastructures adéquates. Je vous avais confié cela comme tâche, et je présume que aujourd´hui c´est chose faite.

5. Ainsi, je vous encourage et vous remercie pour tous les efforts que vous déployez pour donner un nouveau visage à votre paroisse. Je vous exprime aussi ma profonde gratitude pour votre soutien généreux à l´action de la Diaconie diocésaine, qui est l´expression de la charité de votre Evêque envers les plus pauvres et les plus démunis parmi nous. En cela, vous paroissiens et paroissiennes de St Michel, vous donnez un bel exemple de solidarité et de partage.

Parole de Dieu


6. Frères et sœurs dans le Seigneur, la Parole de Dieu de ce 17ème dimanche du temps ordinaire nous révèle les traits et la portée ou le sens de la prière chrétienne. Mais d´abord c´est quoi la prière ? Et pourquoi prier ? Que devons-nous demander à Dieu ? A travers la catéchèse élémentaire, nous avons tous appris que la prière est le dialogue avec Dieu. Prier, c´est donc parler avec Dieu. Et parler avec Dieu, c´est d´abord se disposer à l´écouter. Abraham, notre père dans la foi, en fait l´expérience dans la première lecture que nous venons d´entendre, tirée du livre de la Genèse. Il s´entretient avec Dieu, comme on parle á un ami.

7. Et dans ce qui apparait comme une sorte de marchandage, Abraham, découvre que celui-ci a un cœur enclin à pardonner. Dieu déclare en effet à Abraham : « Si je trouve cinquante justes dans Sodome, à cause d´eux je pardonnerai à toute la ville » (Gn 18, 26). Et nous savons que Jésus est ce seul juste, qui a suffi pour que nous obtenions le pardon de Dieu. St Paul le dit clairement dans la deuxième lecture du jour, extraite de sa lettre aux Colossiens : « Dieu vous a donné la vie avec le Christ ; il nous a pardonné tous nos péchés » (Col 2, 13). A cause du Christ, en qui nous plaçons notre confiance, Dieu ne nous anéantira pas.

8. Frères et sœurs dans le Seigneur, si la prière est dialogue avec Dieu, la prière chrétienne est aussi et surtout l´expression de la confiance envers le Seigneur. Nous devons en conséquence prier avec persévérance, patience et espérance d´être exaucés. Jésus lui-même nous dit : « Demandez, vous obtiendrez ; cherchez, vous trouverez ; frappez, la porte vous sera ouverte » (Lc 11, 9). Mais que demander ? Quoi chercher ? A quelle porte frapper ? Bref, pourquoi prier ?

9. Nous prions pour être en contact avec Dieu, parler avec le Seigneur, cœur à cœur, et ainsi découvrir qui il est et quelle est sa volonté pour nous. La prière instaure donc la proximité entre Dieu et nous ; elle nous rapproche de Dieu et dispose nos cœurs à recevoir ce que le Seigneur veut pour nous. Prier, ce n´est donc pas imposer à Dieu notre volonté, mais c´est plutôt apprendre à entrer dans la volonté du Seigneur, dans son projet de salut pour nous. Et ce que Dieu veut pour nous l´est toujours pour notre bien. Jésus déclare en effet : « Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père céleste donnera-t-il l´Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ? » (Lc 11, 13).


10. Frères et sœurs dans le Seigneur, prier ce n´est pas vouloir changer Dieu, mais lui demander de nous changer et de nous renouveler de l´intérieur. Voilà des enseignements que nous pouvons tirer aussi bien de la prière de Notre Père, qui est le modèle de la prière chrétienne, que la parabole de l´ami importun de l´Evangile du jour.


11. Aujourd´hui, frères et sœurs dans le Seigneur, approchons-nous du Seigneur avec confiance et humilité. Parlons-lui comme on parle à un ami, et surtout soyons disposés à l´écouter, à demander et à recevoir ce qu´il y a de plus précieux, c´est-à-dire l´Esprit Saint, qui prie en nous. Car nous ne savons pas toujours bien prier. En cette journée dédiée aux grands parents, prions pour toutes les personnes âgées, en particulier celles qui sont isolées, marginalisées et abandonnées. Que la paix de Dieu leur apporte le réconfort et la sérénité. Amen.


Fridolin Cardinal Ambongo, ofm cap


Archevêque Métropolitain de Kinshasa


Homélie St Michel (2)
.docx
Download DOCX • 23KB