Homélie de Son E.m Fridolin Cardinal AMBONGO, Archevêque Métropolitain de Kinshasa.


Messe Chrismale : Is 61, 1-3.6.8-9 i Ap 1, 5-8 ; Lc 4,16-21

Excellences Messeigneurs les Evêques,

Messieurs les Abbés,

Révérends Pères,

Révérendes Sæurs,

Révérends Frères,

Frères et Sæurs dans le Seigneur,

1. Comme chaque année, nous nous sommes rassemblés ce soir du mardi de la Semaine Sainte, dans cette Eglise cathédrale, pour célébrer la Messe Chrismale. Au cours de cette Eucharistie, je procéderai à la bénédiction des saintes huiles : huile des catéchumènes, huile des malades et le Saint Chrême. Ces huiles saintes sont destinées à la célébration des sacrements et à la dédicace de nouvelles églises. La Messe Chrismale est également 1'occasion pour les prêtres de renouveler leurs engagements sacerdotaux. Mais avant toutes choses, je voudrais vous saluer tous, Evêques, prêtres, religieux et religieuses, agents pastoraux et fidèles laïcs, venus à cette rencontre de haute portée ecclésiale, qui vous unit à votre Pasteur autour de l'autel du Seigneur.


2. La Parole de Dieu que nous venons d'écouter établit un lien étroit entre l'onction et l'envoi (la mission). Celui qui est envoyé par le Seigneur est préalablement oint, c'est-à-dire revêtu de la puissance de l'Esprit-Saint pour accomplir la mission que Dieu lui confie. La vocation du Serviteur de Dieu dont parle le prophète Isaïe dans la première lecture, en constitue une illustration parfaite et éloquente. En effet, Isaïe écrit: << L'Esprit du Seigneur Yahvé est sur moi car, Yahvé m'a donné l'onction ; il m'a envoyé pour porter la nouvelle aux pauvres, panser les cœurs meurtris, annoncer aux captifs Ia libération et aux prisonniers la délivrance, proclamer une année de grâce de la part du Seigneur » (Is 6l,l-2).


3. Au moment d'inaugurer son ministère public en Galilée, Jésus s'applique à lui cette parole du prophète Isaïe, qui s'accomplit en sa personne : « Aujourd'hui s'accomplit à vos oreilles ce passage de l'Ecriture » (Lc 4,21). Jésus est donc l'Oint de Dieu ; et son nom même « Christ » et l'appellation « chrétien » ou « chrétienne )), qui en découle, renvoie ainsi à 1'onction, par laquelle on reçoit 1'Esprit-Saint. Celui-ci nous constitue en missionnaires, prêtres et ministres de Dieu, chargés d'apporter au peuple de Dieu la libération et la consolation.


4. Oui frères et sæurs dans le Seigneur, l'huile, symbole de l'Esprit-Saint, nous renvoie au Christ. Et notre attachement au Christ nous confère une nouvelle identité ; Lui, le Christ et Seigneur, (< a fait de nous une royauté des Prêtres, pour son Dieu et Père », ainsi que le révèle Saint Jean dans l'extrait du livre de l'Apocalypse que nous avons suivi comme deuxième lecture (Apocalypse 1, 6


5. Certes, 1'onction vaut pour tous les baptisés qui sont constitués prêtres (sacerdoce royal ou commun des fidèles), mais de manière spécifique l'onction vaut pour ceux qui, par leur consécration presbytérale ou épiscopale, sont configurés au Christ, Grand-Prêtre de l'Alliance nouvelle et éternelle. (sacerdoce ministériel).


6. Chers frères dans le sacerdoce, en cette année jubilaire missionnaire, je vous exhorte à prendre davantage une vive conscience de l'unité entre l'onction et l'envoi. Prêtres du Seigneur, ayez à cæur d'être constamment prêts à aller en mission, partout où on vous enverra et même parfois dans les conditions et les contextes difficiles. Dans cette perspective, je voudrais ici remercier et encourager particulièrement les prêtres qui vont aider régulièrement dans le doyenné St Eugène (dit doyenné de la périphérie) pour leur esprit missionnaire, et je remercie également ceux qui vont s'y rendre spécialement durant cette semaine pour rendre service dans différentes communautés.


7. Tout à l'heure, je vais bénir les saintes huiles. Vous les apporterez dans vos communautés et paroisses en signe non seulement de communion avec votre Evêque, mais aussi comme signes et moyens de la mission. Acquittez-vous de bon cæur, avec joie et zèle de la mission que vous avez reçue, toujours fidèles à votre vocation sacerdotale qui est à la fois un don et un mystère.


8. Oui, chers frères dans le sacerdoce, notre vocation est un don qui va au-delà de nos mérites personnels, et un mystère qui ne peut être éclairé que par l'amour et la miséricorde de Celui qui nous appelle à I'aimer et à le servir jusqu'au bout. Nous sommes conscients de porter un trésor de grande valeur, mais dans un vase fragile. Et l'expérience de la fragilité et du péché dans l'exercice de notre ministère ne peut que nous pousser à la conversion, afin de correspondre chaque jour davantage à [a volonté de Celui qui a voulu que « son unique sacerdoce demeure dans l'Eglise » et que, « par l'imposition des mains, nous ayons part au ministère du Christ » (cf. Préface de la Messe Chrismale).


9. Frères et sæurs dans le Seigneur, voilà f identité des prêtres appelés aujourd'hui à renouveler leurs engagements sacerdotaux, ici en RD Congo. Ces derniers jours dans notre pays, les prêtres exercent leur ministère dans un contexte un peu confus du fait d'une mauvaise interprétation et d'une lecture sélective de l'Exhortation des Évêques de la CENCO intitulée : << A l'école de Jésus-Christ (Cf Eph 4,20). Pour une vie sucerclotale authentique>>. Et vous constatez aussi bien que moi que les commentaires vont dans tous les sens et dans toutes les directions. On se rend bien compte que ceux qui font ces commentaires n'ont même pas lu l'Exhortation dans son entièreté.


10.Frères et sæurs, cette exhortation adressée aux prêtres, et qui prend en compte les droits des enfants et des personnes vulnérables, concerne en fait toutes les personnes consacrées, c'est-à-dire Evêques, prêtres, Diacres et religieux qui ont fait vœu de célibat en vue du Royaume des cieux. Il n'y a pas d'un côté les évêques, et de l'autre les Prêtres.


11. Faut-il insister ici que dans ce document les Evêques ont voulu rendre grâce à Dieu pour le don du célibat et encourager de nombreux prêtres qui, malgré leurs faiblesses, vivent fidèlement leurs engagements sacerdotaux, et qui persévèrent dans leur libre choix de se donner à Dieu avec un cœur sans partage ? Le rappel des obligations sacerdotales et l'invitation à en tirer les conséquences qui en découlent ne sont pas en eux-mêmes une nouveauté et une invention des Evêques du Congo. Bien au contraire, tout ce qui est contenu dans ce document est conforme à la doctrine et à la discipline de 1'Eglise en matière de célibat, telles qu'enseignées depuis les années de formation dans les séminaires et les scolasticats.


12. Les prêtres en délicatesse avec t'idéal du célibat font certainement l'expérience de la fragilité humaine et du péché, qui n'épargne aucun baptisé, moins encore ceux que le Seigneur a associés de manière très étroite à sa mission. En ce moment où nous nous préparons à célébrer les grands mystères de notre foi, avec comme point culminant 1'événement pascal, c'est-à-dire la Résurrection du Christ, souvenons-nous avec humilité et compassion de la trahison de Juda, du remerciement de Pierre et de la défection des autres disciples. Et lorsque Jésus fixe son regard sur Pierre, après son reniement, ce n'est pas tant pour le condamner que pour le renvoyer à sa conscience et l'inviter à la conversion. L'infidélité au célibat est un péché qui doit être vécu comme une blessure de la conscience sacerdotale.


13. Et comme Jésus le rappelle à ses disciples, je vous exhorte, chers frères dans le sacerdoce, en ces termes : << Veillez et priez pour ne pas entrer tentation : L'esprit est ardent, mais la chair est faible » (Mt 26,41). A vous aussi fidèles laïcs je dis : priez sans cesse pour vos prêtres !


14. Par-delà tout, je vous invite, mes chers prêtres, Diacres, religieux et religieuses, ainsi que tous les fidèles laïcs, à poser votre regard sur celui qui est au cœur de grands mystères que nous célébrons durant cette Semaine sainte : Jésus, notre Seigneur. Lui seul peut nous aider à relever le défi de la fidélité à nos engagements. Mettons-nous à son école, car il est doux et humble de cœur.

Amen.


cliquez ici pour télécharger en PDF
.pdf
Download PDF • 3.32MB